Le bébé va bien, merci!

couv-def.jpgLe 24 septembre 2005, pour la première fois je découvre mon livre en VRAI: fini, imprimé, avec sa belle couv’ rose. Instant d’émotion, où 5 mois de réécriture prennent soudain corps. C’est bon, mais alors bon..
Je demande à l’atttaché de presse de me faire une petite photo, planqué derrière mon mur de bouquins roses. Il a l’air surpris, mais on la fait.

Bon, maintenant il va falloir bosser: séance de signatures presse chez Robert Laffont. Installé dans une pièce tranquille, avec 350 bouquins posés devant moi. Ma mission, que j’ai accepté: dédicacer/signer chaque exemplaire qui sera envoyé aux journalistes et chroniqueurs.

Pour la dédicace presse, je mets une phrase du livre que j’aime bien:

L’idéaliste écorché, à l’abri dans l’armure en titane du serial-lover.

Et une mention « bien à vous » (ils aiment bien cette formule dans l’édition, j’ai remarqué..), suivie de ma signature, « Nick ».

Sur la liste que m’a remis l’attaché de presse, c’est la crème des medias qui défile. Tiens, si je mettais un petit mot spécial à Guillaume Durand, lui qui aime le rock? Tiens, Beigbeider: il était bien concepteur-rédacteur dans la pub, comme moi, avant de virer écrivain? Hop, une petite allusion sur-mesure. (A ce propos, au vu de la chronique fielleuse qu’il a faite de mon livre, c’est à se demander si je ne l’ai pas vexé! ;-) Bah, faut pas avoir honte d’avoir fait de la pub, Beg’. C’est parce-que j’étais créatif que j’ai fait de la pub. Et pas parce-que j’ai fait de la pub que je suis créatif. Nuance.)

Dans la même pièce que moi, il y a un autre auteur. Une nana dont c’est aussi le premier livre, mais qui prend un soin maniaque à mettre une dédicace spécifique pour chaque livre signé! OK, c’est peut-être plus « noble » en théorie pure, mais au fond, quelle perte d’énergie. J’imaginais les piles de nouveaux livres qui devaient arriver chaque jour sur les bureaux des chroniqueurs et journalistes. Et puis franchement, je n’ai RIEN A DIRE de particulier, par exemple, au rédac chef du Figaro, ou à Patrick Poivre d’Arvor! Non, c’est de la promo, alors dédicace unique, sauf rares exceptions (une dizaine de mémoire).

Cela me prend toute la matinée, et une fois le dernier livre signé, je pousse un ouf de soulagement. Ma camarade d’infortune a beaucoup moins avancé, perdant de précieuses minutes à suçoter son crayon dans l’attente de la formule ad-hoc. A vue de nez, à 22h elle est encore là… C’est beau ce dévouement..

Je sors sur l’avenue Marceau, et vais manger un morceau.

Merde..en plus il fait beau! La vie est pas si mal finalement, non?


(Visited 77 times, 1 visits today)

Author: Nick

Partager cet Article